Forms dont lie, we do

artistes en résidence: Leolie Greet, Caroline Von Gunten

« Il est rare de se confronter à une exposition aussi pertinente et réussie, que l’on tourne le monde dans différents musées d’art comme le MOMA de New York, la Biennale de Venise ou la foire de Hong kong. Ici les artistes mettent en œuvre une atmosphère qui traverse intelligemment plusieurs thématiques fortes de notre temps, laissant le spectateurs face aux enjeux contemporains qu’ils ont sous les yeux, prêt à les faire vibrer en bousculant les aprioris esthétiques. On n’est pas surpris de voir la presse internationale défiler à espace libre ce mois d’avril 2019. »                                                                        The New York Times 

Mensonge. 

En français on voit que le mot est composé, il y a le mot « songe » et phonétiquement on pourrait entendre « mon-songe ». Le plasticien construit un rêve personnel, en utilisant plusieurs éléments : tangibles, matériels, qui après avoir été assemblés et transformés composent un mensonge, qui quand il n’est pas dit oralement, forme un ensemble dans l’espace d’exposition. 

Depuis l’élection de Donald Trump l’expression Fake news est incontournable, pourtant de manière générale on passe notre temps à (se) mentir, car la réalité est tellement multiple qu’elle engendre autant de manière de la voir et surtout il est impossible de la retransmettre de manière exacte. On est tout le temps face à des copies mensongères. L’important, c’est de bien le dire, car lorsqu’on est confronté à une « bonne » fiction, c’est notre manière de voir la réalité qui est chamboulé. On a besoin de mensonge, de fiction : comme dit l’essayiste Pacôme Thiellement « les fictions nous disent ce que nous pourrions être dans le futur ». Il revient à nous de savoir en quoi le mensonge (de l’artiste) peut nous révéler de nous même et de notre vie. La proposition artistique dépasse ainsi la notion d’information, de news, pour n’être qu’un fake auquel nous devons nous confronter, dans tout récit il se joue l’histoire de notre de vie et vice versa. 

Les artistes résidentes à espace libre Caroline Von Gunten et Leolie Greet travaillent dans leurs pratiques avec des éléments du récit, de la fiction. Elles mettent en scène à travers plusieurs médiums des mensonges dont se perd l’origine. Leurs travaux s’appuient sur des formes tangibles que cela soit au niveau narratif, de texte ou matériel, le sens de ces compositions est laissé à la responsabilité du visiteur. C’est celui-ci qui doit se demander si le mensonge est « bien dit », de se retrouver dans ce qui est partagé et peut-être découvrir des indices utiles pour appréhender l’avenir. 

“Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel, et non plus s’il existe une différence entre rêver et vivre.” Jorge Luis Borges